Bientôt le Costa Rica

Publié le

J’ai parcouru l’année dernière un bon bout d’Australie avec mon frère Maxime, il était normal que cette année je parte avec ma petite sœur Mathilde. On reste en famille. Elle a passé un peu de temps au Canada dans un premier temps, où elle a pu découvrir Toronto, Kingston, Montréal, les chutes du Niagara, le cottage country,.. D’ailleurs je remercie au passage tous les gens qui nous ont hébergé ou aider pendant ces deux semaines : Erika et sa famille, Jeff et ses parents, Amélie et les potes français / québécois. Merci !

 

La pauvre Mathilde, elle qui n’a vu que la Finlande, la Suède, l’Espagne et j’en passe cette année, elle méritait bien un petit voyage dépaysant au soleil avec son fréro. La première fois que j’ai entendu parler du Costa Rica c’était à Bali, par des surfeurs français. Ils m’avaient parlé de ces longues vagues, de la jungle environnante, des animaux et des gens. Je m’étais dit que j’aimerais y faire un tour, voilà chose faîte maintenant !

 

Costa Rica. La Costa Rica. La Côte Riche en français. Le pays doit son nom aux élogieuses descriptions de Christophe Colomb, qui découvrit cette bande de terre entre le Honduras et le Panama lors de son dernier voyage vers le Nouveau Monde en 1502. Certes les espagnols n’ont appris l’existence de cette terre qu’au début du 16ième siècle, mais elle était habitée depuis plus de 10000 ans. Attendez une minute. Des autochtones vivant peinards depuis des milliers d’années, des découvreurs européens, les conquêtes, la colonisation, l’esclavage, la conversion au christianisme, l’éradication des cultures aborigènes, mais ça me dit quelque chose tout ça ! L’histoire est un éternel recommencement. Australie, Nouvelle-Zélande,.. même combat. De 400000 personnes, la population amérindienne en est réduite aujourd’hui à quelques milliers, vivant dans des réserves. Même si le Costa Rica a donc de nombreux points communs avec les autres terres du Nouveau Monde, son histoire est tout à fait originale. Son résultat –le pays tel qu’il est aujourd’hui- l’est tout autant. Ne vous inquiétez pas, je fais court.

 

Le Costa Rica est une nation à part entière depuis sa séparation des Etats-Unis d’amérique Centrale, qui ont dû eux même se séparé du joug espagnol un peu plus tôt. La culture du café puis de la banane donna au Costa Rica une existence économique au travers de lourdes exportations. Le pays passa par la voie classique de la violence, de la dictature et de la guerre civile avant qu’un homme ne vienne tout changer. Son nom : José Figueres Ferrer. Se décrivant comme un agriculteur philosophe, il imposa sa vision moderne et éclairée de la politique. Il fit passer plus de mille décrets, fît payer des impôts aux plus riches, donna le droit de vote aux femmes, nationalisa les banques, accorda le droit de pleine citoyenneté aux minorités visibles,.. Mais surtout, son acte le plus courageux, j’irais même jusqu’à dire le plus beau, il abolit l’armée. Il abolit l’armée. Cet homme, président d’un minuscule état d’Amérique centrale, qui ne se trouve pas dans la zone du monde la plus paisible, a décidé que son pays n’aurait pas d’armée. En dissolvant l’armée il cita  H.G Wells : « les forces armées ne peuvent pas faire partie du futur de l’humanité ». Point barre. Depuis plus de cinquante ans le Costa Rica est une démocratie sans armée.

 

Autre homme qui a marqué l’histoire du pays, Oscar Arias. Son nom vous dit peut-être quelque chose, il a été Prix Nobel de la paix en 1987, après « l’affaire des contras ». Les Etats-Unis ont toujours aimé fourré leur nez dans les affaires des pays d’Amérique Centrale. Des mercenaires américains avaient même essayer de conquérir le Costa Rica au milieu du 19ième. Heureusement sans succès. Lorsqu’en 1979, des rebelles prennent le pouvoir au Nicaragua, renversant la dictature soutenue par les US, le sang de Reagan ne fait qu’un tour. Il envoie des agents pas si secrets de la CIA pour remettre de l’ordre et dégager les gauchistes du pouvoir. Ce sont les fameux « contras ». Reagan alla même jusqu’à demander au Costa Rica de s’engager dans la guerre, et c’est là que survient Oscar Arias. Elu président en 1986 il réaffirma l’indépendance de son pays et promis d’expulser tous les contras. Au cours d’une cérémonie publique, des écoliers costaricains plantèrent des arbres sur la piste d’atterrissage secrète de la CIA.

 

Troisième fait marquant de l’histoire passionnante du Costa Rica, sa révolution. Une révolution verte. Après l’effondrement de la culture du café, la concurrence sur celle de la banane, les Ticos se sont dit que finalement la plus grande richesse du pays était sa biodiversité. Ils se sont mis à protéger la forêt, préserver les éspèces animales et végétales, et ont débuté le business vert, le tourisme écologique. Aujourd’hui presque un tiers du pays est protégé d’une façon ou d’une autre. Par contre l’arrivée en masse des touristes n’est pas sans posé de problèmes au niveau de la protection de l’environnement. Ce sera le grand enjeu du 21ième siècle pour le Costa Rica.

Publié dans Costa Rica 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mathilde 08/09/2008 17:55

Merci pour tout en tout cas, c' était vraiment .... génial!!!!Merci aussi a tout ceux qui nous ont aidé!!J' ai plus qu' une chose à dire: quand c' est qu' on repart??!Bisous :-)P.S:vive la pura vida!