Milford Sound

Publié le par Matt25

Début d’après-midi à Queenstown, deux heures après avoir sauter de l’avion. On attend la pintade dans le centre-ville au bord du lac, au Starbucks coffee. La météo pour le Milford Sound est mauvaise, mais on décide d’aller faire un tour quand même, pendant qu’on est dans le coin. Il fait toujours grand soleil, la route est vraiment agréable, je passe mon temps à prendre des photos. Des lacs, des montagnes,.. et quelques cyclistes. On arrive à Te Anau, dernier bourg avant de s’enfoncer dans le Fjordland National Park, un des coins les plus protégés de la planète et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO . C’est aussi le départ de deux des plus prestigieux sentiers de randonnée, le Milford Track et le Kepler. Le lac ouvre sur d’énormes fjords, où le mauvais temps est déjà présent. Superbe lumière, quelques rayons de soleil sur l’ombre des fjords. L’endroit dégage quelque chose de spécial, un côté mystique. J’ imagine que les dieux ne doivent pas vivre très loin d’ici.. Petit arrêt sur la plage, puis on continue la route direction Milford Sound. La pluie se met à tomber, une pluie de Côte Ouest, par seaux d’eau entiers. Arrivés au backpacker, l’unique endroit habité quasiment, on est accueilli par un espèce de perroquet kiwi.. sans compter les aigles le long de la route. C’est plutôt sympa, sauf la pluie qui ne s’arrête pas. Je passe la soirée avec un brésilien et un hollandais, à parler foot et saut à l’élastique. Le brésilien pense que Zidane est trop vieux.. j’ai failli lui faire manger son maillot de Ronaldinho. Mais bon, il m’a dit que j’étais le premier français qu’il rencontrait à parler anglais, les autres ayant un accent trop prononcé. Merci, ça fait plaisir. C’est vrai que des fois c’est incroyable. La pintade prononce « Wellingthon » au lieu de « Wellingtonne » !!!

 

Le lendemain la pluie n’a pas cessé, on fait quand même la croisière de deux heures à travers les fjords jusqu’à la Tasman Sea.. Sur le bateau c’est le déluge, on voit pas à 100 mètres, seuls les Japonais ont l’air contents. Eh oui à mon grand désarroi le Milford Sound est complètement perdu mais les touristes y arrivent par cars entiers.. ça casse le mythe. Vers midi enfin une éclaircie, c’est vraiment impressionnant ces parois verticales plongeant dans la mer.. J’ai aperçu 3 dauphins, qui se baladaient dans le coin. Tout est humide ici, la végétation a tout colonisé, pas un cm2 de terrain qui ne soit pas habité. L’éclaircie a été courte, on repart sous la pluie.

 

Ambiance tendue dans la voiture, on n’arrête pas de se perdre, Greg s’engueule avec sa copine, on n’est pas d’accord sur la destination de ce soir. Certains veulent aller à Wanaka, Greg et moi, tandis que les filles veulent retourner à Queenstown . Finalement elles l’emporteront, retour au même backpacker, je fais un peu la gueule. La soirée se passe chacun de son côté, barouder en groupe n’est pas toujours évident !

 

Redécollage le lendemain, la neige annoncée sur Queenstown n’est pas au rendez-vous, on retrouve le sourire. En fait il n’ y a qu’à Queesntown qu’il n’y a pas neigé. Au bout de deux heures de route, on trouve 20 cm de neige, ciel dégagé. Une fois encore la NZ se montre sous un autre visage. Ca ressemble à l’Islande, des plateaux blancs et des moyennes montagnes, le tout avec les daims dans les pâturages, et les aigles dans le ciel. Le paradis du ski de fond, sans aucun doute. Une fois à Timaru, le long de la côte, sans neige, et temps agréable, je me renseigne pour aller observer les phoques et les pingouins, qui sont légions dans cette partie du pays. Premier arrêt à Shag Point, où on finira par trouver .. un phoque ! Pas très sympa, il n’est pas content de nous voir. Second arrêt à Oamaru, capitale du pingouin. Ceux-ci débarquent par milliers sur la plage à une heure bien précise. Les kiwis ayant le sens du commerce, ils font payer l’entrée. Il y a des gradins, un vrai stade de foot. Mes collègues ont jugé l’entrée trop chère ( 12 $ ), je les verrai une autre fois..

 

Le retour à Christchurch s’annonçait rapide, on avait mis moins de trois heures à l’aller pour parcourir la distance. Hélas, malheureux ! A peine une demi-heure de route qu’on trouve 30 cm de neige sur la route !!! Et pas des centimètres de marseillais, 30 vrais cm !!!! Au bord de la côte, à 100m du Pacifique ! Il fait nuit, nuit noire j’entends, coupure de courant générale. On aperçoit les kiwis à la bougie. Routes mal déneigées, et voiture de location aux pneus lisses, je vous dit pas la galère pour rentrer.

 

J’apprendrai le lendemain aux infos que les Kiwis n’avaient pas vu de la neige comme ça depuis 30 ans !! C’est vrai que trente voir même quarante cm le long de la côte, c’est vraiment hallucinant. Ils ont déployé le plan vigipirate, une bonne partie de l’île n’a pas de courant.

 

Il est tombé 85 cm de poudreuse sur les stations voisines de Christchurch, je crois que je vais ranger ma planche de surf et faire chauffer les skis..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gregos 02/10/2007 00:33

Ah la Pintade...